25/09/2016

LA FOLIE CORENTIN

 

        Sous le casque du salon de coiffure, Maud feuilletait négligemment son magazine. Son attention fut accrochée par un article traitant des phénomènes paranormaux intitulé « Vos fantômes vous parlent ». L’article n’était qu’un condensé des connaissances ou plutôt des croyances communément admises en para-psychologie et n’apportait rien de neuf en la matière, mais un paragraphe interpella la jeune femme.

        Lorsqu’un fantôme familier vous hante, c’est qu’il exige quelque chose de vous. Pour apaiser ses mânes et vous libérer de son emprise à tout jamais, vous devez impérativement lui donner satisfaction. La difficulté est donc de savoir ce qu’il vous veut. Et pour y parvenir, la consultation d’un médium patenté est vivement recommandée, car seul celui-ci sera à même d’établir le contact adéquat et sans danger entre l’esprit tourmenté et vous.

       « Le ramassis de sornettes habituel », jugea-t-elle tout d’abord. Mais sans qu’elle puisse les en empêcher, ces quelques lignes chassèrent ses autres pensées et s’imposèrent à sa réflexion.

        « Et si Aude, pour reposer et nous laisser en paix, attendait réellement quelque chose de nous ? Est-ce si inconcevable ? Et surtout, comment savoir ?... Après tout, qui ne risque rien n’a rien. Faisons confiance à notre intuition. Après le salon de coiffure, je fais un saut jusqu’au cimetière du Sud et je me recueille sur sa tombe. »    

        Maud resta plantée devant la sépulture d’Aude durant un long moment, espérant l’improbable communication avec l’au-delà. Attente vaine, silence total tant intérieur qu’extérieur. Déçue, mais non surprise, elle alla s’asseoir dans l’oratoire de l’entrée. Le texte de l’article continuait à l’obséder : pas moyen de penser à autre chose. Elle se remémora tout ce que Corentin lui avait appris sur son sosie, analysant dans les détails chaque épisode, chaque incident de leur relation.

***

CORENTIN Blg Fantôme.jpg

(C) Editions Chloé des Lys & Christian Van Moer

 

17:51 Écrit par CVM | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.